Quelle place a la nature dans l'éducation des enfants aujourd'hui ?

 Une rencontre-débat organisée par la MPM et NovaTris, le 22 mai 2019, à l'UHA, avec le concours de l'Académie de la petite enfance et le soutien de la MGEN

Une proportion importante d'enfants et d'adolescents grandissent à l'écart – ou presque – de la nature. Pour eux, le goudron et le béton ont remplacé la boue et les cailloux des chemins ; ils ne connaissent pas les plantes qui poussent dans les champs ; les images diffusées sur les écrans ont remplacé le contact direct avec la nature, ses paysages, ses odeurs, ses sensations… Se pose alors la question de la place de la nature dans la vie et le devenir des enfants.

On imagine bien que cette relation minimaliste à la nature n'est pas sans conséquences sur l'éducation des enfants. Des revues, des émissions de radio commencent à faire connaître les résultats des recherches pour mieux comprendre ce que l'on nomme "syndrome de manque de nature".

90 personnes ont assisté à cette rencontre-débat du 22 mai qui visait à apporter des éclairages à la fois théoriques et pratiques sur les mécanismes en jeu et les effets de la relation de l'enfant à la nature. Ce qui fut l'occasion d'une double innovation pour les organisateurs :

  • NovaTris et la MPM ont décidé de franchir le Rhin pour s'enrichir de la façon dont nos voisins allemands répondent à la question au centre de la soirée ;
  • la soirée s'est déroulée en 2 temps sur une durée totale de 4 heures (avec, à la mi-temps, une pause-buffet bien venue).

Dans un premier temps, Ulrich Gebhard , professeur au département de sciences de l'éducation à l'université de Hambourg (Allemagne) nous a apporté les éléments de compréhension pour mieux prendre la mesure des enjeux du lien entre l'enfant et la nature. Il est l'auteur de l'ouvrage Kind und Natur "L'enfant et la nature" (non traduit en français). Dans sa conférence sur "L'importance de l'expérience dans et avec la nature sur le développement psychologique de l'enfant", il nous a fait part des résultats de recherches aussi bien que de constats empiriques ou de témoignages recueillis auprès de jeunes enfants et d'adolescents.

Dans un second temps, cette conférence (en traduction simultanée) a été suivie d'une table ronde sur "Les relations des enfants à la nature dans les pratiques éducatives des deux côtés du Rhin".'Elle a permis à des acteurs de terrain de venir présenter des démarches, des expériences qui visent à faire vivre aux enfants et aux adolescents une relation authentique avec la nature. Etaient ainsi présent(e)s :

  • Gillian Cante, pour l'Académie de la petite enfance ;
  • Thomas Stéphan, pour le jardin d'enfants pédagogie Steiner de Wittelsheim ;
  • François Jaeckel, pour la Maison de la nature du Sundgau (Centre d'initiation à la nature et à l'environnement) ;
  • Lara Hell, po

     

    ur Die Gartenkinder, Natur- und Hofkindergarten, Binzen.

     

Des échanges avec le public ont permis de préciser certaines notions ou d'évoquer des situations spécifiques.

Présentons tout d'abord les acteurs qui ont été les héros de la soirée :

  • les enfants : ce sont surtout les plus jeunes, voire les très jeunes qui ont été sur le devant de la scène (Ulrich Gebhard note le moindre attrait de la nature chez les adolescents) ;
  • la nature a été convoquée sous les formes les plus diverses, depuis la nature sauvage jusqu'à se médiatisation sur les écrans de télévision, en passant par les parcs urbains, les friches industrielles, les cours er les salles d'école ou encore une exploitation agricole.

La suite, bientôt…

 Photos Michèle Sanchez