La MPM avec

AGIR contre le réchauffement climatique à tous les niveaux et à tous les âges : quelles démarches pédagogiques ?

Rencontre-débat

Mercredi 5 février 2020 à 18 h 30 au Carré des Associations (100, Avenue de Colmar)
(Entrée du parking derrière le bâtiment, 1ère à gauche dans la rue Vauban – salle plénière 1er étage)

rechauffement climatique

Il ne se passe pas un jour sans qu’on apprenne de nouveaux faits qui confirment l’accélération du réchauffement climatique en cours et les menaces qu’il fait peser sur le devenir de la biodiversité et à terme de l’humanité. Sur un ton alarmiste, culpabilisateur ou plus incitatif, on nous pousse, petits et grands, à AGIR.

Mais comment permettre au plus grand nombre de s’approprier de façon durable, des gestes, des savoirs, des compétences, des comportements, des modes d’action capables de répondre à l’urgence de la situation ? Comment, dans l’école et bien au-delà de l’école, contribuer à la construction d’une écocitoyenneté émancipatrice et responsable ?

Dans sa conférence introductive, Thierry de Larochelambert (Chaire supérieure de physique et chimie, docteur en énergétique et professeur associé à l’Institut FEMTO ST de Belfort), proposera d’éclairer les enjeux scientifiques, socio-économiques et systémiques du réchauffement climatique : mieux les comprendre, c’est se donner les meilleurs leviers pour agir de façon consciente, cohérente et concertée.

Une table ronde permettra ensuite à des acteurs de terrain de présenter des actions, des démarches ou des dispositifs visant à promouvoir l’éco-citoyenneté (qu'ils ont menés avec succès) en milieu scolaire et dans la société civile :

Claudine Braun, professeur des écoles retraitée, membre du CA de l'ICEM68
Luc Chaffange, professeur des Sciences de la Vie et de la Terre au collège Mermoz de Wittelsheim
Coline Lemaignan, chargée de mission "Énergie citoyenne pour l’Alsace" à l’association Alter Alsace Énergies
Dany Dietmann, maire de Manspach depuis 1983 , maire de Manspach depuis 1983, professeur des Sciences et vie de la terre retraité, président de l'Epage-Largue, auteur de "La terre trop belle pour mourir (L'Hamattan 2007)

Enfin, un temps d’échanges entre le public et les intervenants essaiera de dégager les caractéristiques pédagogiques des pratiques qui semblent les plus pertinentes dans une perspective d’éducation à l’écocitoyenneté.

 

L'inscription est souhaitée. Une libre participation aux frais de la soirée sera sollicitée.

Présentation des interventions

Des gestes quotidiens à la prise de conscience globale, quels savoirs et quelles pratiques pédagogiques pour construire l’écocitoyenneté à tous les âges ?

Comment l’enseignement des sciences peut-il dès l’école primaire impliquer les enfants dans la « vraie vie » 

 Claudine Braun a abordé avec ses élèves du CE1 au CM de nombreux projets autour de la thématique de la protection de l’environnement.

Son souci constant : construire des liens de compréhension entre les expérimentions et les apprentissages qui en découlent, et les problèmes environnementaux liés notamment à la pollution et au changement climatique. Ces liens s’enrichissent de visites sur le terrain, de rencontres avec les acteurs locaux, de lectures d’informations et de projets d’actions au niveau des enfants.

L’année où la France a reçu la COP21, l’occasion était belle de permettre aux enfants d’approcher la notion d’énergie et de faire quelques expérimentions autour des énergies renouvelables.

Les apports des uns et des autres et la vie de la classe ont fait partir les élèves de CE1 CE2 de Claudine Braun dans de multiples directions tout au long du premier semestre. Cependant, le projet de montrer aux autres classes, aux parents et aux correspondants tout ce que la classe avait appris afin de pouvoir à leur tour expliquer et transmettre, les a obligés à faire un travail de synthèse et de présentation : panneaux à exposer, avec nos recherches et des photos, fabrications accompagnées de cartons de présentation…

Claudine Braun, Professeure des écoles à la retraite, membre du CA de l’ICEM68-Pédagogie Freinet

L’éducation à l’environnement au collège Mermoz de Wittelsheim : une démarche durable.

Le collège Jean Mermoz est inscrit dans une démarche active d’éducation à l’environnement depuis 12 ans. Dès le début, la démarche est reconnue par le label « éco-collège » (reconduit chaque année) et, depuis 2017, par le label E3D du rectorat de Strasbourg. Le projet s’est petit à petit étendu et, depuis l’année dernière, il est devenu le principal fil directeur du projet d’établissement et concerne, maintenant, toute la communauté du collège (tous âges et toutes fonctions confondues).

Dans l’ensemble de la démarche, dès le début, a été mis en place le dispositif des « éco-délégués ». La directive du 27-08-2019 du Ministère de l’Éducation Nationale demande à présent l’élection d’éco-délégués dans chaque établissement du secondaire.

Compte tenu des 12 années de recul que nous avons, je présenterai ce dispositif : comment sont recrutés ces délégués, quel dispositif a été mis en place pour donner un sens réel à leur présence dans le collège, quelles sont les actions auxquelles ils participent (à partir de 3 ou 4 exemples concrets), quelles sont les difficultés ou aux écueils à éviter ?

La présence d’éco-délégués dans un établissement est une réelle aubaine pour la mise en place de jeunes éco-citoyens dans nos établissements… à condition de ne pas s’arrêter à leur simple élection...

Luc CHAFFANGE ; Professeur de SVT au collège Jean Mermoz de WITTELSHEIM

Projets citoyens d’énergie renouvelable – Sensibiliser par l’action

atena coline lemaignan

Le premier toit photovoltaïque collectif d’Alsace s’est monté à Labaroche il y a 12 ans. Depuis, de nombreux projets se sont développés et émergent : des citoyens, des collectivités, des entreprises locales se regroupent pour monter ensemble des installations de production d’énergie renouvelable, en collectant l’épargne auprès des habitants du territoire sur lequel se monte le projet.

Il s’agit d’un mouvement d’appropriation de nos systèmes de production d’énergie inédit. Par ces projets, les habitants deviennent acteurs de leur production d’énergie. C’est l’occasion de prendre conscience de nos consommations énergétique et d’agir très concrètement dessus.

On pourra illustrer ces projets par l’exemple qui se monte sur la communauté de communes de Sauer-Pechelbronn : les porteurs citoyens de ce projet de toitures photovoltaïques ont déjà réalisé plusieurs réunions de sensibilisation du territoire, avant même de créer leur société, afin de mobiliser le territoire sur la problématique énergétique. La pédagogie auprès des populations est donc un axe fort de leur projet.

Coline LEMAIGNAN, chargée de mission "Énergie citoyenne pour l’Alsace" à l’association Alter Alsace Énergies

Biodiversité et préservation de l'eau dans la vallée de la Largue

Depuis les années 1980, Dany Dietmann, œuvre pour la préservation de l’environnement avec une ferveur, un savoir-faire et une volonté de dialogue et d’accompagnement constant de la population -en particulier des agriculteurs- à son action…

Dany Dietmann a fondé en 1992 le Smarl (Syndicat mixte d’aménagement et de renaturation de la Largue), devenu en 2018 l’Épage Largue (Établissement public d’aménagement et de gestion des eaux), pour réduire les risques d’inondation, préserver la qualité de l’eau et des paysages, et encourager une agriculture respectueuse de la nature. Il a aussi créé la Maison de la nature du Sundgau à Altenach.

Avec un peu de temps, de conviction et une grande force de persuasion, il a su rassembler les gens autour d’un grand projet de gestion de l’eau sur tout le bassin versant de La Largue. Aujourd’hui, la rivière et ses berges sont de nouveau le siège d’une biodiversité riche et grandissante, témoin des efforts réalisés.

L’envie d’en faire plus s’est développée et les projets se sont multipliés : le corridor écologique formé par La Largue et la végétation qui l’entoure a été classé Natura 2000, la station d’épuration biologique traitant les eaux usées de Manspach a été installée, la gestion des ordures ménagères en développant le tri sélectif et l’incitation à la réduction et à la valorisation des déchets ont permis de diviser par 5 la production de déchets. Enfin, en matière d’énergie, la commune de Manspach a installé des panneaux solaires photovoltaïques sur le toit de l’église.

Dany Dietmann, Professeur SVT retraité, Maire de MANSPACH depuis 1983,
Président du SMARL (Syndicat mixte pour l'aménagement et la renaturation du bassin versant de la Largue)